Lorsque démographie rime avec psychologie [Attention ennuyeux]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lorsque démographie rime avec psychologie [Attention ennuyeux]

Message par Vent du Nord le Mer 6 Oct - 20:48

II/Quand démographie rime avec psychologie

Après cette brève introduction, certes peu intéressante mais nécessaire afin de placer le contexte, j'écrirai dans la partie suivante sur une civilisation ayant un rapport profond avec leur environnement, ce qui nécessitait donc mon étude, dans le premier chapitre, de la géographie des lieux ainsi que du climat, de la faune et de la flore. Ce qui motiva mon cerveau dans l'étude et ma main dans l'écriture fut le comportement démographique, de cette espèce, peu commun. Ainsi je comparerai dans un premier temps cette évolution à l'évolution démographique d'un peuple ordinaire. Puis j'attacherai une grande importance à comprendre en quoi cette évolution est permise.



Imaginons tout d'abord un cas simple et certainement très rapproché de la plupart des lecteurs. Imaginons un sac de billes. Le contour, le sac en fait, représente les frontières d'un pays. Les billes dans le sac représentent les individus qui habitent dans ce pays. Jusque-là rien de très compliqué, poussons l'image un peu plus loin. On peut rajouter des billes à ce sac, ou bien en retirer. Les billes rajoutées peuvent être dénommées ''immigrants'', pour les billes retirées ce sera ''émigrants''. Pour l'instant nous avons une population dans un pays, délimité par des frontières, et il y a un processus d'immigration et d'émigration, ce qui fait fluctuer le nombre d'individus. Ceci est un processus lié à d'autres sacs de billes, d'autres pays en quelque sorte. Mais il va nous falloir abandonner l'image simple et minimaliste car il manque un processus essentiel à notre image pour qu'elle se conforme à la réalité: le processus de naissance et de mort. En effet ce processus est un processus naturel, indépendant du milieu extérieur et continu. Pour récapituler, dans un pays il y a deux processus, un lié à l'intérieur et l'autre à l'extérieur, ce qui fait deux sources de fluctuations.

Grâce aux informations liées à ces deux processus, tout en sachant combien il y avait d'individus au départ, il est possible de tracer une courbe démographique. Cette méthode, très répandue permet d'analyser une population, ce genre de courbe peut en dire long sur un peuple. Par exemple, parce que je ferai le lien ensuite dans l'autre cas aussi, on peut déduire des conséquences visibles sur la courbe, des causes physiques telles que le climat ou la géographie.L'étude peut se pousser beaucoup plus loin encore en ajoutant des paramètres comme l'âge, qui est un bon paramètre d'analyse. Classer la population en fonction de l'âge peut être déterminant dans l'étude d'une population, cela servira à la qualifier de ''jeune'' ou de ''vieille'' par exemple. Il est possible de prendre aussi en compte le paramètre du sexe, et de qualifier la population de ''féminine'' ou de ''masculine''. Il est possible de prêter attention à beaucoup d'autres paramètres encore, mais ils ne nous serons d'aucune utilité ici.



En effet, car ici nous nous limiterons à l'étude de la population avec des paramètres simples comme l'âge et le sexe. Mais tout d'abord pour suivre le même schéma que plus haut je mettrai en place les processus de fluctuation de population avant de l'étudier avec des paramètres. Pour ne pas paraître répétitif et être ennuyeux et pour éprouver votre compréhension je ne vais pas me remettre à expliquer ce que j'ai déjà expliqué dans le chapitre II-1°, c'est-à-dire comment une population varie à l'intérieur d'un pays. Dans le cas qui m'a été donné d'observer j'ai pu constater que les processus qui sont dans les populations ordinaires se retrouvent dans celle-ci, pour la démarquer des autres et rendre mon texte plus fluide nous l'appellerons Psynimalie. Donc en Psynimalie il y a des naissances,des morts, des émigrants et des immigrants. Mais il y a un autre processus qui agit à la fois sur le rajout et la disparition d'individus dans le pays. Dans le tout premier chapitre je vous ai expliqué que le climat et la géographie laissaient penser que les psynimaliens avaient choisit leur environnement. J'ai aussi insisté sur la faune, très présente et en grande diversité, et sur la flore qui jouissait de nombreux facteurs positifs à leur développement. En vérité, les psynimaliens ont réunis toutes les conditions pour que leur peuple, j'englobe donc culture et tradition en sus des individus, se développe comme ils l'entendaient. Les psynamaliens ont développé une agriculture très riche, qui fait partie intégrante de leur marché et surtout de leur alimentation. Une parcelle de cette culture consiste en un fruit qu'ils auraient créé au gré de croisements. Ce fruit mangé par un animal lui donne forme humaine, mangé par un psynimalien lui donne une forme animal. Le but de cet essai n'est pas d'expliquer le phénomène, je ne dirai ici que ce que je sais. Il semblerait que les transformations, dans un sens ou dans l'autre, soient très aléatoires, même s'il se pourrait que l'état d'esprit ou les sentiments du mangeur entre en ligne de considération. Nous appellerons le fruit ''Fluge''. Je reviendrai là-dessus plus tard. Donc je parlais d'un autre processus, maintenant vous pouvez vous douter duquel, que je vais scinder en deux.
a) Tout d'abord je parlerai du processus qui ajoute des individus à la population, il s'agit là d'un processus très proche du système d'immigration. Ces ''immigrants'' sont les animaux qui ont mangé un fluge. Les animaux donc qui ont mangé un fruit ''fluge'' se transforme en humain, ils viennent donc s'ajouter aux psynimaliens. Précisons que ce processus n'est pas naturel car contrôlé par l'homme. Les fruits sont gardés afin qu'aucun animal n'en mange sans faire exprès. De plus nous supposerons la transformation irréversible, pour simplifier le cas et car l'information n'est pas connue.
b) Venons-en au cas inverse, celui-ci s'apparente au système d'émigration. Les ''émigrants'' sont les psynimaliens qui ont mangé un fluge, ils quittent donc la Psynimalie pour un ''autre'' pays. Là encore, le processus est très contrôlé par les autorités en charge des fruits, il n'est donc pas naturel. Pour finir nous le supposerons aussi irréversible pour les mêmes raisons que le premier cas.
Résumons: en Psynimalie il existe trois processus de fluctuation, soit un de plus que dans les populations ordinaires. De plus deux de ces processus, naissance/mort et immigration/émigration, se retrouvent dans la plupart des autres populations. Donc il y a un processus de plus, très différent qui est un processus en interaction avec l'extérieur du pays et qui s'apparente au processus immigration/émigration. Nous noterons ce processus Flugeomme/Flugimal.

Maintenant tout comme dans le paragraphe 1° je passe à l'étude démographique de la population, fortement influencée par ce dernier processus inédit. Dans le graphique (voir figure 1.) de Psylmanie que l'on peut comparer à un graphique démographique d'une population ordinaire (voir figure 2.), deux points sont marquants. La tranche 20-34 ans est anormalement élevée. Ce pic est dû au processus flugeomme, soient les transformations d'animaux en humains. La tranche 50-59 ans est anormalement basse. Ce creux est dû au processus flugimal, soient les transformations de psynimaliens en animaux. On pourra qualifier la population psynimalienne de très jeune. Le climat, la géographie et d'autres facteurs comme la guerre ou des catastrophes naturelles n'influencent pas ce graphique. D'après mes recherches il n'y a pas eu de guerre en Psynimalie depuis plus de deux siècles, les sécheresses et inondations qui ont touché récemment le pays n'ont pas sévis assez longtemps pour faire des dégâts notables. Comme la seule chose qui différencie les psynimaliens d'une population ordinaire est ce processus Flugeomme/Flugimal, je vais m'employer à vous expliquer, d'après mes observations, pourquoi je pense que ce processus suffit à lui seul à déséquilibrer autant la population. Pour ce faire, dans la partie 3°, je vais m'intéresser à la psychologie et au comportement humain.





Je m'excuse d'encore minimaliser mon approche, je devine votre envie d'aller toujours plus loin, mais le sujet étant déjà assez vaste pour avoir du mal à le traiter de façon claire et complète, je me restreindrai encore une fois à expliquer, en deux temps, les points critiques du graphique, d'après les observations que j'ai pu faire sur le terrain. Je ne prétends pas faire un essai philosophique ni psychologique, vu le court champ de manœuvre que je me laisse, mais il me faudra rappeler quelques notions avant de commencer. L'humain n'est pas si différent de l'animal. En effet, nous ne pourront comparer ni la forme, ni la couleur, ni l'odeur, car tous ces critères physiques basiques sont différents d'une espèce à l'autre, humaine ou animale. Quelques caractéristiques physiques retiennent l'attention de certains scientifiques, comme le pouce opposable par exemple, que l'on ne retrouve que chez l'humain, pourtant nous ne retrouvons le long cou de la girafe que chez cette espèce... Bref, je pense que le seul point qui nous permettrai de discuter des différences, c'est le mental. L'humain possède une conscience de soi et des autres beaucoup plus poussée que chez l'animal. Le language articulé et symbolique permet un développement cérébral très poussé chez l'humain, ce que ne connait pas l'animal. Un autre côté peut différencier l'homme de l'animal : la conscience de bien et de mal. Ce que nous ne pourrions jamais reprocher à un animal, il se pourrait que nous le reprochions à l'humain. Entre autre l'humain fait preuve de cruauté lorsque l'animal fait preuve de férocité,ce qui est une nuance moindre je l'accorde mais pas négligeable. Enfin contrairement aux animaux qui se rangent en clans, castes ou meutes, mais où il y a égalité entre chacune de ces catégories, l'humain peut mépriser un autre être humain, en particulier de par la différence physique ou culturelle. Ce qui nous amène à penser que ce qui différencie notablement l'homme de l'animal est la culture, soit l'amour, l'art et l'humour, non ? Mais je ne me suis déjà que trop étalé sur le sujet.
a) Pour commencer, le fort taux de population chez les 20-34 ans est très haut. J'ai remarqué, lors de mon séjour en Psynimalie, que les jeunes personnes appartenant à cette tranche d'âge avaient tendance à faire manger des fluges aux animaux, et ce pour diverses raisons. Par exemple une partie des jeunes s'étant attachés à un animal veulent, une fois devenus plus vieux, le voir humain. Ils peuvent avoir développé des sentiments pour eux. Dans certains cas ce sera une réelle et profonde amitié, dans d'autres ce pourra être confondu avec de l'amour. Il est donc devenu courant pour un jeune psynimalien de flugeommisé son animal de compagnie. Cette pratique peut avoir des dérives désastreuses comme certains jeunes qui flugeommisent leurs animaux et garde la même relation avec eux.C'est assez scandaleux. Il peut être assez choquant aussi de voir un jeune aimer ce qui était sa chienne, et même avoir des relations sexuelles avec elle. La population jeune ne se passe donc plus de flugeommiser leurs animaux. Pourquoi ? Cela me semble très dur à expliquer sinon que l'humain à tendance à tout enthropomorphiser et a des tendances ethnocentriques, soit à tout ramener à l'humain ou à sa culture. Bien-sûr ce qui explique pourquoi le taux de jeunes est aussi élevé, c'est l'arrivé d'autant d'animaux flugeommisé, ces animaux étant choisis aussi jeunes que ceux qui flugeommisent. Ce qui explique pourquoi un tel pic de population chez les jeunes.Certains vieux psynimaliens flugeomisent leur animal de compagnie afin de s'en faire un partenaire dans la mort, pour partager des instants de doutes, de peur. Mais ces cas sont assez rares, ils n'entrent pas vraiment en compte.
b) Ensuite le creux entre les gens de 50 ans et ceux de 59 ans s'explique par la peur de la mort, et le sentiment de vie unilatérale. Entre autre il n'est pas si étonnant de voir que ce phénomène arrive dans la cinquantaine, le phénomène a déjà été qualifié de ''crise de la cinquantaine''. Donc arrivé à ce point, un humain peut voir comme alternative de changer d'orientation dans sa vie. Un psynimalien peut voir comme possibilité de s'évader dans la nature en tant qu'animal. Ainsi donc, beaucoup se flugimalisent afin de découvrir la nature, la liberté, libérés de leur condition d'homme. Parfois, dans des cas rares, un psynimalien se flugimalise afin de devenir l'animal de compagnie d'un proche, ceci toujours en confondant amour et servitude. Certains jeunes psynimaliens se flugimalisent, dans la crise d'adolescence, lorsque leur monde semble ''con'' à leurs yeux et qu'ils préfèreraient vivre par eux-mêmes. Ainsi certains s'en vont animalisés.



Dans le chapitre III il sera question des moyens de sécurité mis en place afin réglementer le flux de fruit fluges. Le chef psynimalien donnera son point de vu sur la recrudescence des demandes en fruit et ce qu'il compte faire afin de faire régresser le phénomène.
G. HILBERT, Essai sur les transfruigurations





[Désolé pour les fautes en tout genre, orthographe et certainement grammaire, je vais le texte au crible dès que possible. Je tenais à poster afin d'ouvrir le bal, peut-être que ça motivera du monde pour poster aussi, j'espère ^^ Voilà juste désolé pour ça, vu que j'ai tapé vite... ]


avatar
Vent du Nord
Musicien et Ecrivain

Messages : 44
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 02/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://studio-sc.forumzarbi.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lorsque démographie rime avec psychologie [Attention ennuyeux]

Message par Kocao le Dim 10 Oct - 22:00

Contrairement à ce que suggère le titre, j'ai pas trouvé ca ennuyeux. Entre la mise en page, les graphiques et le plan détaillé, c'est très agréable à lire.

Il s'agit plus de sociologie que de psycologie non? (en plus ca rime toujours dans le titre Smile
Un autre détail : il semble que les singes aient les pouces opposables. Les singes ont donc disparu de Psynimalie.


PS : un rapport avec les fruits du démon ?

Kocao
Ecrivain et Chuchoteur

Messages : 12
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 22/06/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lorsque démographie rime avec psychologie [Attention ennuyeux]

Message par Kasheesan le Sam 16 Oct - 22:01

Pareil, j'ai beaucoup aimé aussi ! C'est très intéressant, et tu écris d'une façon qui rend les choses réalistes, comme j'aurais bien du mal à le faire ^^
Par contre, il me semble qu'il y a une erreur : il n'y a pas égalité entre les membres d'une meute, et certains dans les plus bas sont plus ou moins "méprisés" par les autres.
avatar
Kasheesan
Artiste

Messages : 27
Féminin Age : 24
Date d'inscription : 16/07/2010
Localisation : Lorient

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lorsque démographie rime avec psychologie [Attention ennuyeux]

Message par Vent du Nord le Dim 17 Oct - 12:56

Hum bah en fait tout dépend des animaux dont on parle, je pensais notamment aux meutes de loups qui n'admettent aucune hiérarchie sinon le fait qu'il y ait un dirigeant. Il y a égalité entre tous les autres et aucun n'est mis à l'écart ou mal traité. Mais c'est peut-être un cas très particulier parce que les loups sont des animaux qui ont un certain sens de la justice et de l'honneur. Je sais qu'il en va de même pour d'autres animaux comme les rats par exemple qui ont un dirigeant, un exploiteur, des exploités et un souffre-douleur. Et cette configuration se répète en changeant les groupes et si on ajoute des rats dans un groupe il se créé des strates d'exploiteurs/exploitants.

Enfin à l'occasion de ce texte je me suis pas mal renseigné, mais j'ai peut-être pas assez généralisé, vu que dans le texte je ne donne aucune précision. Je vais voir si je peux tourner ma phrase d'une autre façon =)

Merci de vos commentaires, j'ai hâte de pouvoir vous lire ou vous voir pour commenter aussi alors dépêchez-vous de poster! (tire-au-flanc! >___<)
avatar
Vent du Nord
Musicien et Ecrivain

Messages : 44
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 02/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://studio-sc.forumzarbi.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lorsque démographie rime avec psychologie [Attention ennuyeux]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum